Plusieurs techniques sont réalisables. Celle qui me donne le plus de satisfaction est l’utilisation d’une greffe de peau prélevée dans la région génitocrurale pour la reconstruction de l’aréole, associée  si possible à une greffe du mamelon controlatéral après bipartition ( s’il est assez volumineux). Cette technique donne de très bons résultats et ne laisse aucune séquelle au niveau génital. Elle n’entraine pas de douleur ni de trouble de la sensibilité au niveau du mamelon prélevé. La coloration de l’aréole après quelques semaines est similaire à celle de l’aréole controlatérale.

De  gauche à droite :  Région génito crurale Prélèvement aréole Mamelon controlatéral

De gauche à droite :
Région génito crurale – Prélèvement aréole – Mamelon controlatéral

De gauche à droit e: Greffes de l'aréole et du mamelon - Résultat à 6 mois

De gauche à droit e: Greffes de l’aréole et du mamelon – Résultat à 6 mois

Si une décoloration se produit avec les années un tatouage complémentaire pourra être réalisé. De cette manière le résultat parait beaucoup plus naturel qu’une simple reconstruction par tatouage.

De gauche à droite :  Reconstruction bilatérale par greffes pour les aréoles et lambeau local pour le mamelon Décoloration après quelques années Recoloration par tatouages

De gauche à droite :
Reconstruction bilatérale par greffes pour les aréoles et lambeau local pour le mamelon. Décoloration après quelques années
Recoloration par tatouages

Si le mamelon controlatéral est trop petit, la reconstruction du mamelon peut se faire par un lambeau cutané local qui sera forcément petit dans les reconstructions par prothèse vu le peu d’épaisseur disponible.

De gauche à droite :  Reconstruction du mamelon par un lambeau local Résultat per opératoire après greffe de l’aréole Résultat à 6 mois

De gauche à droite :
Reconstruction du mamelon par un lambeau local
Résultat per opératoire après greffe de l’aréole
Résultat à 6 mois

 

Autres techniques en reconstruction mammaire